Avec le temps, les langues ont fini par se délier.
Avec le temps la colère a fini par s'apaiser.

Joe a reconnu que virer Mick fut peut être la plus grosse erreur de sa vie.
Et il l'a payé cher cette erreur.
Trop cher à mon humble avis.

Mais c'est ainsi.

Pour sur que "le futur n'est pas écrit", mais le passé lui....

Et puis après ces années d'errances, émaillées par quelques pépites (comme celle que je vous propose un peu plus bas), Joe nous était revenu, avec les Mescaleros.
Un peu empatté.
Un peu plus sourd.
Un peu plus vieux évidemment.

Mais pour l'avoir vu sur scène, il était resté le même.

Flamboyant et plus que tout sincère.

Le voilà, dans son rôle d'Elvis apaisé et sensible qui lui allait si bien