Vous avez entendu parler de la réalité augmentée ??

J'en ai causé avec plusieurs personnes autour de moi et beaucoup de monde tic sur le nom. Le mot "réalité" les gène car on cause ici de réalité virtuel. Mais assez causé et je trouve que ce n'est aps le plus important.
Voici un article provenant du dossier techno paru dans le courrier international de la semaine dernière et qui fait directement suite à cet article,



augmtoys

Cliquez sur la photo pour accéder à la page wikipedia



Cette ligne jaune signalant à l’écran le terrain restant à parcourir lors de la retransmission des matches de football américain n’existe pas vraiment. Mais pour le téléspectateur, elle est bien là, au même titre que la pe­louse et les joueurs. Cette technologie mise au point par Sportvision et baptisée 1st and Ten a été l’une des premières applications commerciales de ce nouveau champ de l’informatique qu’on appelle la réalité augmentée et qui permet de superposer au monde réel des informations virtuelles. Fantasme jadis réservé à la science-fiction, la réalité augmentée a désormais fait son entrée dans nos smartphones grâce aux progrès enregistrés tant dans le matériel que dans les programmes. A Amsterdam, en téléchargeant sur votre téléphone une application gratuite baptisée Layar, vous pouvez désormais voir apparaître sur votre écran des infos sur les restaurants, les distributeurs de billets ou les emplois proposés dans le quartier en surimpression sur les bâtiments concernés. Ces renseignements sont fournis par des sociétés comme Hyves, le réseau social néerlandais, et le groupe financier ING. Les entreprises souhaitant y figurer paient une redevance à SPRXmobile, la société privée installée à Amsterdam à l’origine de l’application Layar.

Layar est disponible aux Pays-Bas, bien sûr, mais aussi dans d’autres pays comme les Etats-Unis, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne, pour les téléphones portables fonctionnant avec les systèmes d’exploitation Android, iPhone et Symbian. Wikitude.me, une application semblable développée pour Android, recense des informations sur 800 000 lieux d’intérêt dans le monde entier, précise Philipp Breuss-Schneeweis, le fondateur de Mobilizy, la société autrichienne qui a mis au point le produit. Une grande partie de ces contenus provient de Wikipedia, ajoute-t-il. Pour le tournoi de Wimbledon 2009, Mobilizy avait collaboré avec IBM pour développer une application destinée au téléphone G1 de T-Mobile affichant des informations en temps réel sur les matches en cours ainsi que des conseils de restauration et d’hébergement pour les spectateurs.

Information permanente

Les applications comme Layar et Wikitude.me utilisent d’une part le GPS présent sur les téléphones pour déterminer l’emplacement de la personne, et d’autre part la boussole du téléphone pour connaître l’orientation de l’appareil. De cette façon, le téléphone “sait” ce que voit l’utilisateur. L’application de réalité augmentée va alors chercher les informations sur les lieux figurant dans l’angle de vision de ce dernier et va les superposer à l’image vue à l’écran.

Pour se généraliser, ces applications reposant sur la géolocalisation doivent pouvoir accéder à de très grandes quantités d’information, souligne Blair MacIntyre, directeur du laboratoire Environnements augmentés à Georgia Tech, l’institut de technologie de l’Etat de ­Géorgie. “Idéalement, il faudrait qu’elles se connectent à la même base de données que celle qu’utilisent Google Maps, Garmin ou TomTom”, précise-t-il. La société Nokia, qui développe elle aussi des applications de réalité augmentée, est quant à elle propriétaire de Navteq, qui fournit des données cartographiques et des contenus de navigation numériques. Les utilisateurs eux-mêmes peuvent ajouter des informations taguées (marquées numériquement). Mobilizy a ainsi introduit en juillet 2009 une fonctionnalité permettant aux ­particuliers d’ajouter leurs propres contenus à Wikitude.me.

A l’avenir, les chercheurs vont devoir trouver un moyen de compenser les la­cunes des systèmes GPS et des boussoles, qui manquent encore de précision, souligne Blair MacIntyre. Pour lui, les techno­logies de reconnaissance d’images pourraient permettre ces améliorations. Et les utilisateurs voudront peut-être voir le monde en réalité augmentée sans avoir à sortir un appareil de leur poche, mais à travers quelque gadget “prêt-à-porter”, comme des lunettes ou des verres de contact. Les premiers appareils sont déjà sur le marché.

“Le domaine de la réalité augmentée n’en est vraiment qu’à ses balbutiements”, convient Ori Inbar, auteur du blog Games Alfresco, consacré à la réalité augmentée, et cofondateur de deux start-up de ce domaine de pointe, Arballoon, à Tel-Aviv, et Ogmento, qui possède des locaux à New York et à Los Angeles. “Mais les gens sont déjà très enthousiastes, car ils voient toutes les perspectives que cela ouvre.” La réalité augmentée ne manquera pas, en effet, de “réinventer” de nombreux secteurs d’activité, par exemple la santé ou la formation, prédit Ori Inbar. Déjà, des scientifiques de l’Université technique de Munich cherchent comment projeter les radiographies et les échographies directement sur le corps des patients. BMW étudie un dispositif qui permettrait de voir en réalité augmentée ce qu’il y a sous le capot d’une voiture, pour aider les mécaniciens à poser leur diagnostic et à réparer les automobiles.

Créatures virtuelles

A court terme, le secteur où la réalité augmentée promet le plus est sans doute le jeu vidéo. Alors que celui-ci a toujours reposé sur le principe consistant à extraire le joueur du monde réel pour le faire entrer dans un univers virtuel, les jeux en réalité augmentée pourraient “créer des interactions toutes nouvelles entre les gens et le monde réel”, estime Daniel Sánchez-Crespo, chef de projet chez Novarama, un développeur de Barcelone. “Cela donne un sens nouveau à l’espace. Le plan de travail de votre cuisine n’est plus seulement l’endroit où vous préparez le dîner : il peut devenir la piste virtuelle d’un jeu de voitures.”

 

augmented_reality_future

 


Bien sur tout cela pose questions.
Bien sur, les publicitaires se frottent les mains,
Mais qu'on le veuille ou non, on y va.
Personnellement je trouve ça tout de même assez exitant.

En tout cas on a pas fini d'en aprler sur le Bazarboy's diary
A suivre...